PLAN D’ACTIONS

Classé dans : Adventure | 0

COMMISSION DES ENERGIES RENOUVELABLES

Présidée par: Monsieur HAMOUDA Messaoud enseignant chercheur (Univ.Adrar)

Introduction :

L’Algérie compte sur un potentiel important en ressources d’énergies renouvelables. En effet, elle est bénéficiée de l’un des taux d’ensoleillement les plus importants du continent africain.

L’Algérie reçoit près de 3.000 heures d’ensoleillement par an, ce qui équivaut à une irradiation variant de 4 à 7 kWh par jour et par mètre carré. Elle dispose aussi d’un potentiel éolien à 37 térawattheures par an. Les capacités de notre pays ne s’arrêtent pas aux seuls solaires et éolien. Les ressources géothermiques sont avérées avec les 240 stations thermales disséminées sur le territoire national. Le gisement en bioénergie pour peu que ce potentiel soit exploité.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique énergétique nationale et de développement des énergies renouvelable, en 2011, le gouvernement Algérien a lancé un ambitieux programme de développement des Energies Renouvelables s’étalant sur 20 ans jusqu’au 2030.

Suite à des évolutions technologiques, le gouvernement a adopté, en 2015, un programme de développement des énergies renouvelables dans une version actualisée qui prévoit l’installation de 22 GW pour les besoins du marché national sur la période 2015-2030 dont la production représente 27% de la production nationale d’électricité.

La révision du ce programme national porte essentiellement sur le développement du photovoltaïque et de l’éolien à grande échelle, sur l’introduction des filières de la biomasse (valorisation des déchets), de la cogénération et de la géothermie, et également sur le report, à 2021, du développement du solaire thermique (CSP).

Les différentes filières des Energies Renouvelables

  1. Energie Solaire :
  2. Photovoltaïque (électrification rurale)
  3. Thermique (chauffe-eau solaire Distillation, production de la vapeur d’eau)
  4. Energie Eolienne
  5. Eoliennes Sup. à 2 m/s (Pompage mécanique)
  6. Aérogénérateurs Sup. à 6 m/s
  7. Biomasse
  8. Biogaz
  9. Biocarburants
  10. Géothermie
  11. Htes Temp. 150° à 320°C (Production d’électricité)
  12. Moyenne Temp. 90° à 150°C (Chauffage urbain et eau chaude sanitaire)
  13. Basse Temp. 50° à 90°C (Chauffage urbain, serres, thermalisme…)

Programme du plan d’actions

Les domaines prioritaires

Domaine 1: Gisement des Energies Renouvelables

  1. Evaluation des potentiels (solaire, éolien, géothermie, biomasse et autres sources d’EnR)
  2. Cartographie des gisements (solaire, éolien, géothermie, biomasse, autres sources) en utilisant les données au sol et imagerie satellitaire.
  3. Développement d’outils pour la prédiction des ressources énergétiques renouvelables (solaire, éolien, géothermie, biomasse, autres sources).
  4. Qualification et identification de sites à fort potentiel et éligibles à l’implantation des centrales à sources d’énergie renouvelables

Domaine 2: Energie Solaire Photovoltaïque

Axe 1: Cellules et modules photovoltaïques

  1. Caractérisation des performances et fiabilité des cellules/modules solaires PV.
  2. Adaptation de la technologie photovoltaïque aux conditions désertiques.
  3. Performances et étude de dégradation des modules PV en milieu saharien.

Axe 2 : Conversion, gestion et contrôle des systèmes photovoltaïques

  1. Conception, développement et réalisation des convertisseurs statiques pour systèmes PV

autonomes ou connectés au réseau électrique.

  • Dispositifs de régulation et de contrôle des systèmes de stockage.
  • Stratégies et systèmes de contrôle et de gestion intelligente de l’énergie dans les systèmes à

          sources d’énergie renouvelables.

Domaine 3: Stockage de l’énergie

  1. Stockage électrochimique (piles, batteries, vecteur hydrogène, …).
  2. Stockage mécanique et thermique
  3. Multi-stockage.

Domaine 4: Intégration des énergies renouvelables au réseau

Axe 1: Impact et analyse

  1. Analyse et étude de raccordement et d’impact des centrales énergies renouvelables sur le

réseau (impact sur le réseau isolé ou interconnecté).

  • Gestion de la production du renouvelable connecté au réseau.

Axe 2: Réseaux électriques intelligents «Smart grid»

  1. Développement des outils de prévision de la production des centrales énergies renouvelables en temps réel afin de mieux gérer l’équilibre production/consommation et, ainsi, d’améliorer l’insertion de cette production sur les réseaux.
  2. Outils de gestion des centrales énergies renouvelables dans le dispatching.
  3. Développement de logiciels pour le dimensionnement et le suivi des installations énergies renouvelables.
  4. Monitoring, supervision, et surveillance des systèmes photovoltaïques connectés au réseau.

Domaine 5: Energie Solaire Thermique et Géothermie

Axe 1: Centrales thermodynamiques à concentration solaire (Systèmes à concentration solaire)

  1. Ingénierie pour la conception et la réalisation des:

                 a.   Récepteurs thermiques, miroirs et réflecteurs solaires.

                 b.   Composants des centrales de puissance à concentration solaire.

  • Centrales de puissance à concentration solaire:
  • Transfert de chaleur, stockage thermique et thermochimique de l’énergie.
  • Production de chaleur et de froid solaire pour les procédés industriels.
  • Production d’électricité.
  • Etude numérique des performances énergétiques des centrales héliothermiques.

Axe 2: Systèmes à basse températures et applications thermiques

  1. Installation des laboratoires d’accréditation et d’homologation des équipements solaires thermiques et chauffe-eau solaire.
  2. Ingénierie pour la conception et la réalisation.
  3. Capteurs solaires hybrides photovoltaïque/ thermique.
  4. Capteur solaire plan avec de nouveau matériau (aluminium, laine de roche, plastique).

Axe 3: Exploration géothermique

  1. Réalisation d’un Atlas des ressources géothermiques de l’Algérie.
  2. Etablissement des cartes du flux de chaleur et du gradient géothermique de l’Algérie.
  3. Identification des réservoirs géothermiques en profondeur de l’Algérie

Axe 4: Domaines d’applications géothermiques

  1. Chauffage des serres agricoles, séchage, aquaculture, élevage, …
  2. Chauffage et climatisation des locaux.
  3. Production d’électricité géothermique (Technologie du cycle binaire).

Domaine 6:Energie éolien

  1. Aménagements des parcs éoliens.
  2. Contrôle des fermes éoliennes (aspects aérodynamiques).
  3. Optimisation de l’intégration des fermes éoliennes dans le réseau électrique.
  4. Commande des éoliennes (les petites éoliennes et les éoliennes de grandes puissances).
  5. Diagnostic et localisation des défauts dans les systèmes éoliens.
  6. Impact des éoliennes sur l’environnement et sur le réseau électrique

Domaine 7: Bioénergie

  1. Evaluation du gisement en bioénergie,
  2. Caractérisation et valorisation d’agents microbiens d’origine locale, responsables de la transformation énergétique de la biomasse et des déchets,
  3. Hybridation de la bioénergie avec d’autres sources d’énergies renouvelables,
  4. Utilisation de la biomasse renouvelable et de l’énergie solaire dans les procédés de dépollution,

Axe 1: Bioénergie: matières premières, évaluation et exploitation

  1. Technologies de production de bioénergie.
  2. Analyse de la durabilité de la filière (matières premières, process, …).
  3. Choix des matières premières en adéquation avec l’environnement local.

Axe 2: Traitement et valorisation énergétique des déchets

  1. Production et valorisation du biogaz ,des bio alcool et biodiesel (Carburants).
  2. Evaluation des émissions de gaz à effet de serre.
  3. Valorisation des sous-produits issus de la production de bioénergie.

Domaine 8: Traitement des eaux par Energies Renouvelables

Axe 1: Epuration et valorisation des eaux usées

  1. Réalisation et caractérisation de micro-stations d’épuration et valorisation (différents procédés) des eaux de rejet par énergies renouvelables.
  2. Développement des outils de dimensionnement et d’optimisation des stations d’épuration.
  3. Développement et élaboration de nouveaux matériaux afin d’améliorer les performances des installations d’épuration des eaux usées.

Axe 2: Dessalement des eaux saumâtres et de mer par énergie solaire

  1. Adoucissement des eaux par techniques membranaires fonctionnant à l’énergie solaire en vue de réduire la facture énergétique et préserver l’environnement.
  2. Distillation des eaux saumâtres par procédés thermiques propres et économiques.
  3. Développement des outils d’optimisation énergétique des stations de dessalement thermiques et membranaires.

Domaine 9: Froid et climatisation solaire

  1. Développement et réalisation des prototypes de production du froid en énergie solaire.
  2. Développement et intégration de nouveaux matériaux, particulièrement les fluides frigorigènes, les matériaux à changement de phase et les matériaux isolants.
  3. Conception de nouvelles enceintes frigorifiques adaptées à l’énergie solaire thermique et photovoltaïque.

Domaine 10: Hydrogène et piles à combustibles

Axe 1: Hydrogène

  1. Evaluation du potentiel hydrogène en Algérie, design conceptuel des systèmes et études technico-économiques. Procédés de production d’hydrogène (renouvelable,…)
  2. Techniques et technologies de stockage.
  3. Sécurité, régulations, codes et standard dans l’économie de l’hydrogène.

Axe 2: Piles à combustibles

  1. Technologies des piles à combustible.
  2. Piles à combustible et applications mobiles et stationnaires.

Plan d’Actions National des Énergies Renouvelables

  • La contribution à la satisfaction des besoins énergétiques de la population et l’amélioration de ses conditions de vie ;
  • La promotion de l’accessibilité des populations à des technologies à énergies renouvelables ;
  • La réalisation à terme de l’autonomie, voire de l’indépendance énergétique ;
  • La participation responsable de tous les acteurs concernés (collectivités territoriales, communautés de base, secteur privé, société civile, etc.) à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation du plan énergétique national ;
  • L’utilisation des énergies renouvelables en complémentarité avec les énergies conventionnelles
  • La consécration du caractère de service universel de l’électricité qui implique le droit pour tout citoyen d’y accéder ;
  •  La contribution de manière significative au mix énergétique ;
  • La contribution à l’atteinte des objectifs de l’initiative Énergie Durable pour Tous ;
  • La contribution à la lutte contre le changement climatique et à la protection de l’environnement
  • La valorisation des ressources énergétiques locales ;
  • Le renforcement des capacités des acteurs pour une meilleure appropriation et transfert de technologie ;
  • Le développement des réseaux électriques résilients ;
  • L’innovation, la recherche et la vulgarisation des technologies renouvelables ;
  • La contribution à la mise en œuvre des politiques nationales et initiatives régionales, sous-régionales et internationales en matière d’énergies renouvelables.
  • Planifier et définir, en rapport avec les autres partenaires, les programmes de développement d’électrification selon les besoins du pays et prendre part à l’élaboration des plans généraux de développement économique en ce qui concerne plus particulièrement les actions relatives à la politique énergétique ;
  • Définir la politique tarifaire et homologuer les tarifs dans le secteur de l’énergie électrique
  • Promouvoir et développer l’électrification rurale ;
  • Assurer le contrôle technique du service public de l’énergie électrique ;
  • Approuver les standards et les normes applicables aux activités et aux entreprises du secteur de l’énergie électrique et veiller à leur application ; 
  • Accorder les autorisations nécessaires à la première mise en service des ouvrages de production, de transport et de distribution de l’énergie électrique ; 
  • Enjoindre à tout exploitant d’une installation électrique de prendre toute mesure propre à garantir la sécurité des personnes et des biens ;
  • Assurer la sécurité énergétique du pays et assurer une gestion intégrée des différentes ressources nationales ;
  • Assurer la protection de l’environnement dans l’exploitation et la consommation des sources énergétiques ;
  • Assurer la promotion des énergies nouvelles et renouvelables ;
  • Promouvoir l’électrification rurale à option sur les énergies renouvelables ;
  • Promouvoir l’éducation, la formation, la recherche et le développement en énergies renouvelables.

COMMISSION EFFICACITE ENERGETIQUE

Présidée par Madame.BOUDJABI Amel Feriel, Maitre de conférences B (Univ. Larbi Ben Mhidi, Oum El Bouaghi) ET MEMBRE DU COMITÉ-INTERMINISTERIEL DE L`ÉNERGIE.

Introduction

L’efficacité énergétique consiste en l’optimisation des systèmes énergétiques en réduisant la consommation pour un service rendu identique. Cette notion est applicable aux différents secteurs énergivores, le transport, le bâtiment, l’industrie et l’agriculture. Elle vise à une utilisation rationnelle de l’énergie dans les processus et des outils de production, exploitation, stockage et utilisation plus efficaces, à une économie d’énergie par la réduction des gaspillages et des coûts, à l’amélioration des services et la contribution à la performance environnementale.

Pour la définir plus concrètement, des indicateurs sont nécessaires: le technique (pluri disciplines), le droit (politiques d’économie de l’énergie et réglementation thermique), l’économie et gestion (optimisation des coûts, économies d’énergie, les SME, l’audit etc…) , l’environnement (évaluation environnementale), la politique ( sécurité énergétique , transition énergétique, révolution industrielle…)

Indicateurs d’EE

Les indicateurs sont essentiels pour le suivi et l’évaluation des plans d’actions pour l’économie de l’énergie et la réduction des émissions de GES.

La liste non exhaustive des indicateurs dépend du contexte, des objectifs et des méthodes. On définit pour le plan d’action de l’association, les indicateurs essentiels communs à tous les secteurs:

1- Intensité énergétique

L’intensité énergétique désigne d’une manière globale le rapport entre la consommation d’énergie d’un pays et son produit intérieur brut (PIB). Elle permet de mesurer le degré d’efficacité énergétique d’une économie.

Toutefois cet indicateur est appliqué aussi par secteur : transports, bâtiments, Industrie etc… à petite ou grande échelle. L’intensité énergétique est  exprimée  en tonne d’équivalent pétrole (tep) par monnaie de PIB (dollars, dinars etc..).

L’intensité énergétique dépend entre autres de la structure de l’économie considérée (industries et services), de l’efficacité énergétique des transports et des bâtiments, des politiques de maîtrise de la consommation mises en œuvre mais aussi de facteurs climatiques ou du niveau de vie de la population. Une intensité énergétique élevée correspond à une économie « gourmande » en énergie.

2- Facturation

La facture énergétique est un indicateur d’efficacité énergétique des plus importants, elle définit la dépense d’énergie consommée sur une période choisie. Elle est représentative de la consommation totale de toute forme d’énergie dans n’’importe quel secteur. La facture énergétique territoriale correspond au solde annuel des achats d’énergie finale consommée sur le territoire dans le résidentiel, tertiaire, industrie, transport et agriculture.

Cet indicateur peut servir considérablement dans l’audit et vers une perspective d’un territoire à énergie positive. Il est établi par l’étude des factures réelles et des modélisations et estimations statistiques et prédictives

3- Indicateurs d’émissions de GES

Cet indicateur est exprimé par l’empreinte carbone, c’est la quantité (généralement en tonnes) de carbone et autres gaz à effet de serre émise par la consommation de l’énergie et de matières premières à différentes échelles.

Cette empreinte peut ètre traduite en une empreinte écologique qui représente la surface de forets nécessaire pour séquestrer ces émissions de CO2, l’empreinte carbone représente la moitié de l’empreinte écologique de l’ensemble de l’humanité.

Cette quantité est mesurée par rapport à :

  • Production d’énergie et autres activités industrielles
  • Zone des installations et pourcentage d’occupation
  • Utilisation de l’énergie sur l’installation (par exemple électricité, gaz, charbon, pétrole et énergie solaire…)
  • Déplacements (aérien, ferroviaire, et routier)
  • Déchets générés

Ces composantes sont converties de leur unité d’origine (souvent le KWh ou Km en tonnes de carbone par an, en utilisant des facteurs de conversion.

Programme du plan d’actions

Les actions à entreprendre par chronologie : du court au moyen et long terme, passibles de vérification et modification à chaque étape.

1- Appui logistique

  • Préparation de cartes d’adhérents avec mentions spécifiques pour certains membres.
    • Préparation cartes de visite, prospectus et affiches pour la promotion de l’association.
  • Création d’un site web, facebook, linkedIn, …
    • Promotion de l’association pour attirer de nouveaux adhérents.

2- Information/sensibilisation

  • Préparation de journées d’information pour faire connaitre l’association.
    • Participation aux manifestations du secteur et dans l’universitaire par des présentations orales, poster, stand etc…
    • Mise au point de campagnes de sensibilisation des populations au niveau de wilayas ou à échelle plus réduite par thématique, notamment lors d’événements spécifiques ou de dates phares (pour les collectivités locales, l’éducation, les directions de wilaya etc……).

3- Formations

  • Proposition de formation d’homme énergie pour les collectivités locales, micro entreprises, institution publique….
    • Proposition de formation en audit énergétique et norme NA-ISO 50001 et autres normes liées à l’efficacité énergétique dans les différents secteurs.

4- Accompagnement collectivités locales

  • Se faire connaitre par les différents auteurs du territoire cible.
    • Proposer des les accompagner dans le développement durable de leur structures et projets.

5- Participation à des projets

  • Participation aux projets lancés par les collectivités locales en proposant des solutions d’efficacité énergétiques.

– Dans le secteur du bâtiment :

  1. Réalisation d’audits énergétiques
    • Propositions de bonnes pratiques notamment dans le tertiaire
    • Proposition d’intégration d’équipements solaires et de cogénération.
    • Proposition d’intégration de solutions passives dans le neuf et pour la réhabilitation.
    • Proposition d’éclairage intérieur et public plus économe et plus astucieux.
  • Propositions de solutions simples et rentables de collecte et gestion des déchets ménagers et urbains.
    • Encouragement des espaces verts dans l’urbain.
    • Propositions de taxes incitatives ou dissuasives pour les résidents ou utilisateurs.

– Dans le transport :

  1. Réalisation d’audit énergétique
  2. Proposition de solutions moins énergivores
  3. Encouragement du transport en commun ou transport écologique, promotion des tramways, bus, covoiturage, vélos…)
  4. Proposition de réorganisation du réseau notamment pendant les heures de pointe et aux points denses des villes.
  5. Propositions de taxes incitatives ou dissuasives pour les usagers.
  6. Propositions de taxes incitatives ou dissuasives pour les usagers.

– En industrie et secteur socio-économique :

  1. Réalisation d’audits énergétiques
  2. Propositions de solutions simples et gratuites pour l’économie d’énergie
  3. Intégration d’équipements solaires et à énergies renouvelables
  4. Proposition de méthodes simples et efficaces de gestion des déchets

– En agriculture :

  1. Réalisation d’audits énergétiques dans les exploitations
  2. Propositions de solutions simples et gratuites pour l’économie de l’énergie et la protection de l’environnement
  3. Intégration d’équipements solaires tels que le pompage pour l’irrigation, le séchage, etc…
  4. Optimisation de l’utilisation du matériel motorisé et de sa maintenance.

6- Proposition de projets

  • Établir un lien concret entre la recherche et les études réalisées à l’Université et les différents acteurs du secteur socio-économique.
  • Proposer aux collectivités locales des projets innovants dans les différents domaines et répondant aux concepts du développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *